Revêtements de sol naturels : chaleureux et écologiques

Chaleur, confort, discrétion, lumière… de nombreux critères doivent entrer ligne de compte dans le choix de votre revêtement de sol. Si en outre, vous êtes soucieux d’écologie, alors l’option revêtement de sol naturel s’imposera comme une évidence. Tour d’horizon !

Écologiques, chaleureux, aux qualités multiples pour la santé et souvent performants thermiquement et acoustiquement, les revêtements de sol naturels reviennent en force. Les fabricants et les distributeurs rivalisent d’ingéniosité pour vous proposer des gammes toujours plus larges. Pour faire le bon choix, il faut encore connaître les spécificités de chaque revêtement. Suivez le guide !

Sommaire

Des revêtements tendance…
Des bénéfices techniques et environnementaux bien réels
Un large éventail de choix…
Des techniques de pose spécifiques
Faire durer vos revêtements de sol

Des revêtements tendance…

Chacun aujourd’hui est sensibilisé aux problématiques environnementales. L’impact sur la façon dont nous pensons, équipons et vivons dans nos habitations est considérable.

Les revêtements de sols n’échappent évidemment pas à cette lame de fond. Jonc de mer ou de montagne, sisal ou fibre de coco, chanvre ou raphia, lin ou coton, bambou et même soie, abaca … les ambiances se créent avec des tissages variés grâce à ces produits aux qualités techniques et esthétiques souvent très intéressantes.

Mais si ces revêtements ont la côte dans les magazines de décoration, il ne faut limiter leurs qualités à leur seul aspect « tendance ».

Des bénéfices techniques et environnementaux bien réels

Ce n’est pas seulement parce qu’elles sont « tendances », c’est aussi parce qu’elles présentent un indéniable intérêt environnemental que ces matières naturelles sont si appréciées. Sachez que certaines d’entre elles présentent même la particularité d’être « compostables ». Idéal pour s’éviter un détour par la déchetterie lorsque vous changez la décoration d’une pièce !

Au-delà du caractère écologique de ces revêtements, on retiendra également que ces fibres naturelles sont souvent très résistantes. Quant à leurs formes de tissages, elles sont multiples et peuvent avoir des styles et apparences variés.

Plus résistantes et par conséquent plus durables, elles constituent des isolants thermiques et phoniques performants. D’autant que les tissages de fibres végétales sont associés à des sous-couches de latex et de feutre, de jute ou de coton qui renforcent leurs qualités thermiques et phoniques. Le revêtement de sol naturel contribue alors très largement à la régulation thermique de la pièce et à la qualité de l’air intérieur.

En fonction des produits utilisés (car on peut en tisser plusieurs ensemble) les fibres sont plus ou moins rugueuses, voire dures, et peuvent dès lors s’adapter à différentes pièces de la maison, en particulier aux couloirs ou aux pièces très fréquentées (pourquoi pas dans des bureaux, ou des salles d’attente).

Enfin, dernier atout et non des moindres, les revêtements de sols en fibres naturelles sont simples à entretenir !

Un large éventail de choix…

Un petit détour par les enseignes spécialisées vous permettra de mesurer la diversité de matières, tissages et revêtements disponibles sur le marché. Pour ne pas arrêter son choix au hasard, retenez que chacun d’eux possède des propriétés spécifiques.

  1. Fibre de coco

La fibre de coco, qui recouvre la noix du même nom, est réputée pour sa résistance. Aussi l’utilise-t-on fréquemment dans les couloirs ou dans les pièces à vivre. En revanche, elle offre une surface un peu rugueuse.

À cette résistance, elle ajoute d’excellentes qualités phoniques, un rapport qualité/prix très appréciable, mais une gamme réduite de teintes du beige au marron. Sa longévité est proverbiale, elle est réputée imputrescible.

Elle est relativement simple d’entretien car la poussière se fixe mal dessus, aussi le plus simple est-il un passage d’aspirateur.

  1. Le jonc de mer : place à la lumière

Le jonc de mer est une algue qui se développe dans les eaux salées ou douces des estuaires. Il est plus lumineux que le coco dans ses verts et ses jaunes. C’est un excellent régulateur hygrométrique.

Sa surface est lisse et plaisante au toucher et la fibre permet d’obtenir toutes sortes de motifs variés. Résistant à l’usure comme à l’humidité, le jonc de mer convient bien aux pièces d’eau comme les salles de bains.

Le jonc de montagne présente un aspect plus rustique mais offre les mêmes avantages que le jonc de mer. L’entretien de l’un comme de l’autre est très simple par aspiration et humidification (environ une fois par mois) pour lui garder sa souplesse. On peut aussi les shampouiner ou, pour le jonc de montagne particulièrement, utiliser une poudre sèche.

  1. Le sisal : 100% imperméable !

Le sisal a beaucoup de succès, sans doute pour son aspect lisse et le confort qu’il apporte. Il est fabriqué à l’aide d’une plante d’Amérique centrale : l’agave, aux rares qualités d’imperméabilité.

On le trouve dans différentes teintes et, associé à d’autres fibres, notamment de la laine, il devient particulièrement confortable.

Bon régulateur hygrométrique, il est toutefois sensible à l’eau et donc aux taches et nécessite un traitement préventif.

Plus coûteux que le jonc, le sisal s’entretient de la même façon. Il présente cependant quelques risques de moisissure et doit être surveillé et surtout séché lorsqu’il reçoit de l’eau.

Pour ses qualités physiques, le sisal convient bien aux pièces de circulation ou aux escaliers.

  1. Le jute : soyeux mais fragile

Le jute est un produit naturel, moins résistant toutefois que les précédents.

On le trouve dans des motifs différents. Souple, soyeux, on le réservera aux chambres en l’exposant le moins possible à l’humidité et aux risques de taches.

  1. Le chanvre : champion de l’isolation

Le chanvre est un produit qu’on redécouvre dans de nombreux usages. Les revêtements de sols en font partie.

Bon isolant thermique et acoustique, le chanvre s’entretient par le passage régulier de l’aspirateur. Des « trucs » de grand-mère comme l’utilisation de terre de Sommières, facilite son nettoyage.

  1. Le liège : un anti-allergique reconnu

Le liège rassemble un nombre important de qualités qui le rendent aptes à un usage dans toutes les pièces.

On retiendra d’abord la résistance à l’usure et au tassement mais aussi aux insectes. Naturellement antiallergique puisque anti-acarien, ce matériau hydrofuge et antistatique participe au bien être et à la qualité de l’air intérieur.

Il est aussi bon isolant thermique et acoustique. Autant dire que son usage autrefois réservé à certaines pièces d’eau s’élargit désormais aux pièces à vivre. Facile à poser, d’un entretien simple, le liège présente beaucoup d’atouts comme revêtement de sol.

  1. Le linoléum : pas si ringard !

Le linoléum, tant utilisé au siècle dernier puis relégué comme ringard, revient en force car sa nature et son origine végétale font redécouvrir ses avantages et ses atouts.

Ce composite d’huile de lin et de poudre de bois collés sur une toile de jute est résistant et d’un entretien très simple.

Durable, offert dans une très riche gamme de teintes et de motifs, il est utilisable dans toutes les pièces.

À retenir !

On ne peut pas évoquer les revêtements de sol naturels sans rappeler que les parquets en bois appartiennent à cette catégorie… à la condition toutefois que les bois utilisés n’aient pas subi de traitement qui oblige à l’emploi de COV (Composés Organiques Volatils).

On évitera aussi les bois venus de trop loin (impact du transport) ou issus de la déforestation.

Des techniques de pose spécifiques

Les revêtements de sols naturels (à base de fibres végétales) doivent être impérativement être collés.

Comme tous matériaux vivants, les fibres peuvent se rétracter ou se dilater en fonction de la température ou de l’hygrométrie de la pièce. Pour éviter les déformations, les variations et l’apparition de zone gondolées, un collage méticuleux s’impose donc. 

Faire durer vos revêtements de sol

Selon le type de revêtement de sol vers lequel vous vous serez orienté, les techniques pour son entretien peuvent varier.

Dans le cas du jonc de mer par exemple, un nettoyage régulier à l’aspirateur (muni d’un embout à poils doux) assurera un dépoussiérage efficace sans entamer les fibres. Trois à quatre fois par an, vous pourrez pour lui conserver toute sa brillance, recourir à une serpillère légèrement humidifiée.

Une initiative à ne surtout prendre avec le Sisal qui ne tolère qu’un nettoyage à sec à l’aide votre aspirateur.

Actualités

Contactez QUALIBAT 

Les champs marqués d'une * sont requis.
* Mentions obligatoires
J'ai une question

Chat avec Qualibot

FERMER
02:28
Je suis Qualibot votre assistant virtuel sur le site, je suis là pour vous aider à retrouver toutes les informations dont vous pourriez avoir besoin : vérification d’entreprises qualifiées, demande de qualification, identification à votre Espace Entreprise, recherche dans la nomenclature… N’hésitez pas à me poser vos questions !