Protéger votre maison, ses habitants et vos équipements de la foudre

La foudre frappe fort et sans discernement. Loin d’être anodin, le foudroiement cause de nombreux dégâts chaque année, mieux vaut donc se prémunir efficacement de tout risque d’incendie et de surtension.

Sommaire

Comprendre le phénomène du foudroiement
Des risques de dégâts importants
Evaluer votre exposition au risque
Adapter votre comportement en cas d’orage
Raccorder l’installation électrique à la terre : une priorité absolue
Installer un paratonnerre
Mettre en place un dispositif parafoudre sur le tableau électrique

Si l’on s’en réfère aux chiffres publiés par Météorage, opérateur du réseau Français de détection de la foudre, au cours du premier semestre 2017 ce sont plus de 212 000 éclairs nuage-sol et 1 450 000 éclairs intra-nuage qui ont été enregistrés. La journée la plus active a été le 27 juin 2017 avec près de 274 000 éclairs nuage-sol et intra-nuage confondus, soit 16% de l’activité totale détectée au cours du semestre.

Comprendre le phénomène du foudroiement

La foudre est un phénomène naturel qui intervient lorsqu’une grande quantité d’électricité statique s’accumule dans des zones de nuages d’orage, ou entre ces nuages et le sol.

L’intensité d’un foudroiement est de l’ordre de 10 à 20 millions de volts. La foudre frappe plus généralement dans les zones de haute altitude et touche plus particulièrement les arbres et les bâtiments.

On évalue à près de 2 000 le nombre d’orages se manifestant dans le monde entier à chaque instant, générant de 30 à 100 éclairs par seconde soit près de 5 millions d’éclairs par jour dans le monde…  L’INSERM attribue de 15 à 25 décès par an à la foudre.

Des risques de dégâts importants

Les répercussions les plus graves que puissent engendrer la foudre sont évidemment les incendies : on considère qu’elle en occasionne entre 15 à 20 000 par an en France. C’est l’un des effets directs de la foudre, mais ces effets indirects sont aussi non négligeables.

En effet, lorsque la foudre s’abat, elle occasionne une tension et un champ électrique très intense qui génèrent des impulsions électriques très puissantes qui sont susceptibles de dégrader les matériels électroniques sensibles (téléviseurs, ordinateurs, etc.) même si l’éclair est éloigné.

Evaluer votre exposition au risque

Votre exposition au risque de foudroiement est notamment liée à votre situation géographique. Selon Météorage, en 2017, les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Occitanie occupent les premières places du classement en termes de densité de foudroiement au sol.

A l’échelle des départements, ce sont la Drôme, l’Ardèche et les Hautes-Alpes qui arrivent en tête avec des densités entre 1.98 et 2.16 éclairs nuage-sol/km² à comparer à la moyenne nationale de 0.73 éclairs nuage-sol/km² sur la même période.

Cependant, retenons que l’ensemble du territoire hexagonal est exposé à la foudre et aux orages et que vous avez donc tout intérêt à connaître les gestes qui contribueront à limiter les conséquences de la foudre et à mettre en œuvre les dispositifs de protection adaptés suivant votre exposition.

Adapter votre comportement en cas d’orage

Avant d’envisager des travaux coûteux pour protéger votre habitation et vos équipements de la foudre, commencez par adapter votre comportement pour éviter les conséquences d’un foudroiement :

  • Lorsque le risque d’orage se confirme, rentrez dans l’habitation.
  • Fermez hermétiquement portes et fenêtres et éloignez-vous autant que possible des ouvrants.
  • Tenez-vous à distance de tout équipement susceptible de favoriser la conduction de l’électricité (tuyauterie, robinetterie, bouches d’aération ou équipements électroménagers).
  • N’utilisez pas le téléphone fixe, et recourez plutôt à un téléphone mobile.
  • Débranchez les équipements électriques pour éviter qu’ils ne soient endommagés.

Raccorder l’installation électrique à la terre : une priorité absolue

Si la question ne se pose pas véritablement dans les logements neufs en revanche, dans l’habitat ancien, le raccordement sur circuit électrique à la terre est davantage sujet à discussion.

Si l’on s’en réfère aux estimations publiées par le label Promotelec, 81% des parties privatives en habitat individuel et collectif, ne disposent pas de mise à la terre. C’est pourtant un moyen incontournable de préserver vos équipements des surtensions provoquées par la foudre.

Le raccordement à la terre (PE protection équipotentielle) est identifiable par un conducteur de couleur jaune et vert. Il permet, en cas de surtension, de diriger les fuites de courant vers le sol pour éviter les décharges électriques intempestives et il est indispensable pour protéger des éventuelles fuites de courant.

Relier le réseau électrique de son logement à la terre est donc obligatoire : ce dispositif permet de dissiper dans le sol, les courants de fuite et de défauts qui, dans le cas contraire, pourraient générer des blessures aux personnes et/ou des incendies.

C’est la norme NF C 15-100 qui détermine les règles de conception, de réalisation et d’entretien des installations électriques basse tension en France et cette dernière prévoit que l’habitation doit impérativement comporter un circuit de terre raccordé sur une prise de terre. Pourtant, les maisons les plus anciennes n’en sont pas toujours pourvues et, même si elles le sont, la terre n’est pas toujours efficace. 

Les canalisations métalliques d’eau, de chauffage, de gaz, les corps des appareils sanitaires métalliques, les masses des appareils électroménagers, les salles de bains doivent tous être raccordés au bornier de terre du tableau.

Installer un paratonnerre

Le recours à un paratonnerre est fortement recommandé si vous résidez dans une zone géographique fortement exposée aux risques d’orage. Ce dispositif doit impérativement être plus haut de deux mètres que le point culminant de votre maison et il faudra bien s’assurer que la liaison au sol a été correctement effectuée afin que le paratonnerre puisse véritablement protéger votre habitation.

Compte tenu de la complexité d’installation du paratonnerre, recourir aux services d’un professionnel est indispensable.

Attention, il vous faudra peut-être envisager, en complément de l’installation de votre paratonnerre, l’intégration d’un parafoudre sur votre tableau électrique.

Mettre en place un dispositif parafoudre sur le tableau électrique

Contrairement aux idées reçues la foudre peut avoir un impact sur votre habitation et ses équipements, même si elle ne tombe pas directement sur votre maison. En effet, si la foudre s’abat sur un poteau électrique ou un transformateur desservant votre habitation, vous pouvez être exposé à des surtensions.

En installant un parafoudre vous vous épargnerez bien des déconvenues : le parafoudre complète l’installation d’un paratonnerre et dans certains départements très exposés au foudroiement, il est même obligatoire.

Également connu sous le nom de parasurtenseur, le parafoudre est un dispositif assez peu onéreux, qu’il faudra faire installer par un professionnel afin de s’assurer qu’il remplisse parfaitement ses fonctions.

Actualités

Contactez QUALIBAT 

Les champs marqués d'une * sont requis.
* Mentions obligatoires
J'ai une question

Chat avec Qualibot

FERMER
23:53
Je suis Qualibot votre assistant virtuel sur le site, je suis là pour vous aider à retrouver toutes les informations dont vous pourriez avoir besoin : vérification d’entreprises qualifiées, demande de qualification, identification à votre Espace Entreprise, recherche dans la nomenclature… N’hésitez pas à me poser vos questions !