Un escalier en intérieur

La conception et l’installation d’un escalier dans la maison sont soumises à des contraintes liées aussi bien à l’emplacement qu’à la place disponible. Mais, ne vous y trompez pas un escalier n’a pas qu’une dimension fonctionnelle. C’est un élément du décor de votre habitation à part entière.

Sommaire

Comprendre les différentes formes d’escaliers
Un choix adapté à votre habitation
La question des matériaux
Entretenir un escalier en bois

Qu’il s’agisse de le remplacer, d’en installer un nouveau pour accéder à une mezzanine, ou de créer un nouvel accès à un étage, le choix d’un escalier dépend de nombreux critères au premier rang desquels la configuration des lieux.

Elle va commander notamment son encombrement et donc sa forme. Celle-ci dépend pour l’essentiel de l’ouverture du plancher supérieur, ce qu’on appelle la trémie.

Comprendre les différentes formes d’escaliers

Il existe différents types d’escalier. Hormis dans les constructions récentes, aux trémies standardisées et normalisées, vous serez très souvent obligé de vous orienter vers des escaliers sur mesure tant dans leurs dimensions que dans leur forme. Le choix en est réellement déterminant pour des raisons de confort, de praticité et de sécurité.

On peut considérer qu’il existe trois grandes familles d’escalier :

  • Escalier droit

Le nom de l’escalier droit parle par lui-même : cet ouvrage ne présente qu’une seule volée, c’est-à-dire qu’il est continu.

Dans une maison avec une hauteur sous plafond moyenne, pour assurer ce qu’on appelle l’échappement (éviter de se taper la tête contre le plancher ou une poutre de l’étage supérieur en le montant) et en fonction de sa pente, il occupe une longueur relativement importante le long d’un mur mais une faible largeur.

  • Escalier tournant

L’escalier tournant (un quart ou deux-quarts, voire demi tournant, selon le nombre de changements de direction) occupe lui plus de surface au sol.

  • Escalier hélicoïdal

L’escalier hélicoïdal, enfin, est le plus économe en surface au sol et en surface de trémie, mais son ascension peut être déplaisante pour certains.

Les escaliers droits ou tournants nécessitent de s’appuyer sur la structure. Au contraire, l’escalier hélicoïdal est autoporteur et peut donc prendre place n’importe où.

Un choix adapté à votre habitation

Le principal critère déterminant la forme de l’escalier n’est pas tant la hauteur du plafond ou encore la surface disponible au sol, mais bien la forme et les dimensions de la trémie. Cette dernière conditionne la forme, la position et l’orientation de l’escalier.

On raisonne donc de haut en bas tout en tenant compte des orientations du départ et de l’arrivée et des espaces qu’il dessert. Ce raisonnement est d’autant plus important si vous aménagez des combles : la hauteur à l’étage doit être suffisante.

Si la trémie est plutôt carrée (en général quand on dispose de moins d’espace), l’escalier hélicoïdal s’impose ; quand elle est rectangulaire, elle est plus adaptée à un escalier droit ou tournant.

Dans tous les cas de figure, la notion de « passage de tête » est déterminante. Il est essentiel que l’escalier puisse être emprunté dans de bonnes conditions même par des personnes de grande taille sans avoir à se contorsionner.

La question des matériaux

On peut réaliser un escalier en bois, en métal (inox, alu, acier), en pierre, en béton, en verre…

Chaque matériau présente des avantages : chaleur ou légèreté, transparence ou facilité d’entretien.

  • L’escalier en bois

Le bois présente, comme pour beaucoup d’autres usages, des qualités de confort et de chaleur contrebalancées par une nécessité d’entretien. La diversité des essences offre une grande richesse d’ambiance.

  • L’escalier en pierre ou béton

La pierre est symbole de pérennité et de solidité. Aujourd’hui, la pierre est souvent associée à un support béton.

Le béton est à utiliser pour certaines formes ou pour certains aménagements spécifiques. Il présente le grand avantage d’accepter un grand nombre de revêtements de finition, et peut aussi être laissé brut ou traité dans la matière.

  • L’escalier en métal

On retiendra du métal sa légèreté qui peut aussi devenir un inconvénient et ne le rend pas apte à tous les usages (par exemple l’aluminium). Mais entre acier, aluminium ou inox, le choix des formes ou des coloris est tel qu’il est rare de ne pas trouver son bonheur.

  • L’escalier en verre ou plexiglas

La transparence du verre est très plaisante mais ne convient pas à toutes les personnes (en particulier les jeunes enfants ou les personnes âgées). Le plexiglas peut jaunir dans le temps et les rayures peuvent à terme nuire à l’esthétique de l’escalier.

Dans tous les cas, quand vous choisissez votre escalier, pensez à ceux qui vont l’utiliser. Pour cela n’oubliez pas de prévoir les protections : rampe, main courante et garde-corps.

Entretenir un escalier en bois

Avec le temps, les marches d’un escalier ont toujours une tendance naturelle à s’abîmer. Le passage intensif, la poussière, les frottements, les chocs et les tâches les mettent à rude épreuve et altèrent peu à peu le bois. Ce dernier s’encrasse, blanchit à certains endroits, se raye, ternit.

Plusieurs solutions existent pour redonner de l’éclat à un escalier qui a subi les outrages du temps, sans entreprendre de gros travaux de ponçage. En premier lieu, il convient d’identifier la nature du bois (chêne, hêtre, bois exotique, etc.) et savoir si l’escalier est verni, ciré, lasuré ou brut, auquel cas il faut adapter la méthode.

Commencez par un nettoyage approfondi pour ôter crasse et poussière. Puis, dégraissez-le à l’aide de vinaigre blanc et d’eau ou de savon de Marseille. Effectuez un nettoyage en profondeur. Séchez les marches une à une.

Pour décrasser l’escalier, vous pouvez utiliser de l’essence de Térébenthine tandis que pour lui redonner sa brillance vous opterez pour de l’huile de lin qui va le nourrir en profondeur et le faire briller.

Pensez à bien lustrer pour obtenir une brillance optimale. L’essence de Térébenthine est assez odorante. Si des traces blanches apparaissent sur vos marches avec le frottement répétitif des chaussures, il est toujours possible de les éradiquer en utilisant du bicarbonate de soude en faible quantité.

Enfin, la cire peut être une alternative pour avoir un escalier brillant. Cependant, cette méthode est toujours délicate dans la mesure où un escalier ciré devient potentiellement glissant.

Actualités

Contactez QUALIBAT 

Les champs marqués d'une * sont requis.
* Mentions obligatoires
J'ai une question

Chat avec Qualibot

FERMER
02:09
Je suis Qualibot votre assistant virtuel sur le site, je suis là pour vous aider à retrouver toutes les informations dont vous pourriez avoir besoin : vérification d’entreprises qualifiées, demande de qualification, identification à votre Espace Entreprise, recherche dans la nomenclature… N’hésitez pas à me poser vos questions !