Domotique, maison connectée : confort et maîtrise des coûts

Piloter à distance ou automatiser l’ouverture des volets, l’allumage de la lumière, le contrôle du chauffage… avec la domotique vous rendez votre maison intelligente : plus confortable, moins énergivore et plus sûre !

Sommaire

Domotique : une nouvelle ère
Les prérequis techniques
Bluetooth : protocole indispensable
Zigbee : pour faire communiquer les dispositifs
Améliorer le confort et faire des économies d’énergies
Gérer les ambiances lumineuses
Détecter les fuites, anticiper les pannes
Sécuriser l’habitat
Interconnectivité et interopérabilité
Les assurances aiment la maison connectée

 

Domotique : une nouvelle ère

Pendant longtemps la domotique, qui correspond à l’ensemble des techniques électroniques intégrées aux bâtiments à des fins d’automatisme, de communication et de contrôle d’équipements divers, a eu une image de complexité, de coûts élevés et de fiabilité relative.

Mais, avec l’avènement du smartphone et le développement exponentiel des connexions Wifi, nous sommes entrés dans une nouvelle ère. Aujourd’hui, on ne parle plus de Domotique, mais plutôt de Smart Home (Maison intelligente) ou de Maison connectée.

Les prérequis techniques

Quelle que soit la solution technique envisagée ou le type de service que vous associez à la notion de Maison Connectée, un certain nombre de contingences devront être satisfaites.

La première d’entre elles, c’est la présence d’une connexion à Internet permanente disponible au sein de l’habitation. C’est en règle générale la Box Internet, mise à disposition par votre fournisseur d’accès, qui joue le rôle de passerelle afin de délivrer un signal Wifi dans toute la maison.

Le réseau Wi-Fi permet de relier par ondes radio plusieurs appareils informatiques (ordinateur, routeur, smartphone, box internet, etc.) au sein d’un réseau informatique afin de permettre la transmission de données entre eux. La portée peut atteindre plusieurs dizaines de mètres en intérieur (généralement entre une vingtaine et une cinquantaine de mètres) s’il n’y a aucun obstacle gênant (mur en béton par exemple) entre l’émetteur et l’utilisateur.

Bluetooth : protocole indispensable

En complément du Wifi, les objets connectés qui pourront être déployés dans la maison afin d’économiser l’énergie ou apporter davantage de confort, utiliseront également le Bluetooth.

Ce standard de communication permet l’échange bidirectionnel de données à très courte distance en utilisant des ondes radio UHF. Il peut remplacer par exemple les câbles entre ordinateurs, tablettes, téléphones mobiles entre eux ou avec des imprimantes, scanneurs, claviers, souris, manettes de jeu vidéo, PDA, systèmes et kits mains libres micro et/ou écouteurs, autoradios, appareils photo numériques, lecteurs de code-barres et bornes publicitaires interactives.

Zigbee : pour faire communiquer les dispositifs

Enfin, différents protocoles de communication sont utilisés par les dispositifs connectés. Le plus couramment utilisé aujourd’hui est appelé ZigBee.

Ce protocole standardisé de haut niveau assure la communication entre objets connectés, à consommation réduite, sur une portée de 10 à 20m, basée sur la norme IEEE 802.15.4 pour les réseaux à dimension personnelle (Wireless Personal Area Networks : WPAN).

Améliorer le confort et faire des économies d’énergies

Grâce aux technologies connectées, il est désormais possible de piloter très finement l’ensemble des dispositifs de production de chaleur présent dans l’habitation.

Alors que les thermostats classiques fonctionnent sur la base de programmes par tranche horaire, les équipements connectés sont pilotables à distance. Vous pouvez ainsi déclencher ou interrompre une chaudière ou un radiateur « connecté » à distance à l’aide de votre smartphone (et donc sa limite de portée).

Vous pouvez même définir des scénarii d’utilisation en fonction des heures d’arrivée de chaque occupant de la maison ou/et par pièce. Mieux encore, en utilisant les données de localisation de votre smartphone vous pourrez déclencher automatiquement le chauffage lorsque vous arrivez à moins de 10 kilomètres de votre lieu de résidence afin qu’une douce chaleur vous accueille. Un dispositif réversible, puisque lorsque vous quitterez ce rayon la production de chaleur sera interrompue.

Détecter les fuites, anticiper les pannes

De nouveaux dispositifs, qui prennent place à proximité du compteur et parfois même dans un pommeau de douche, peuvent permettre non seulement de détecter les fuites au plus vite, mais aussi d’adapter le débit d’eau à des objectifs de consommation définis.

Simples d’emploi, ces équipements peuvent émettre des alertes sur les smartphones lorsque des seuils de consommation critiques sont dépassés. De quoi anticiper les problèmes et gérer au mieux son budget !

Sécuriser l’habitat

Si l’on s’en réfère à une étude publiée récemment par Somfy Protect, marque spécialisée dans la sécurisation de l’habitat, il apparaît que l’on a recensé près de 243 500 cambriolages en 2016. Des effractions et tentatives d’effractions qui, pour 63% des cas, se sont déroulées en l’absence des occupants.

A ce jour, 60% des foyers français ne sont pas équipés pour protéger leur maison. Parmi les principaux freins à l’équipement d’un système de protection de l’habitat, une étude OpinionWay de Septembre 2017 met en lumière le manque de simplicité d’installation. Or, avec la domotique, tout devient plus simple : détection de présence, vidéosurveillance, fermeture à distance des volets roulants, simulation de présence en gérant l’allumage et l’extinction des lumières de manière aléatoire ou scénarisée, la Maison Connectée se veut plus sûre !

Inter-connectivité et interopérabilité

Lorsque vous choisissez les équipements susceptibles de prendre place dans votre habitation, interrogez-vous sur leur capacité à échanger des informations et à interagir entre eux, qui peut également être très utile.

Ainsi, en optant pour des ampoules connectées (par exemple, Philips Hue) celles-ci pourront interagir avec d’autres objets connectés ou d’autres applications pour s’intégrer dans la Maison Connectée, et apporter une véritable plus-value dans l’usage : par exemple, le détecteur de fumée Nest, lorsqu’il détecte des fumées, va non seulement émettre un signal sonore mais aussi envoyer un signal à votre installation d’ampoules connectées pour activer un éclairage en lumière rouge (lumière qui permet une meilleure visibilité dans un environnement enfumé).

Les assurances aiment la maison connectée

Les compagnies d’assurance se mettent au diapason et jouent le jeu. Des offres permettent désormais aux assurés de bénéficier d’un service de télésurveillance auquel il peut accéder depuis son smartphone.

Deux formules sont désormais possibles. La formule économique qui est composée des fonctionnalités de base : centrale d’alarme, détecteur de fumée, commande à distance et la formule protectrice qui est enrichie de 15 options modulables pour apporter une réponse sur-mesure aux besoins des assurés.

Des offres packagées qui permettent le contrôle à distance, depuis un smartphone, de différentes fonctions (alarme, éclairage, chauffage), d’être immédiatement prévenu d’un dommage, ou encore de simuler une présence dans son logement en cas d’absence. En cas de sinistre, aucune franchise n’est appliquée.

Actualités

Contactez QUALIBAT 

Les champs marqués d'une * sont requis.
* Mentions obligatoires
J'ai une question

Chat avec Qualibot

FERMER
05:42
Bonjour, je suis Qualibot, votre assistant virtuel sur le site. Posez moi votre question, ci-dessous: